Sagesse de nos plus sages | Wisdom from our Wisest

Eric Hosking & Samira KazemiPar Eric Hosking, Trésorier, responsable aux membres, ASQ CQE, CSSBB, CQA et Samira Kazemi, Membre du comité du programme

CLICK HERE TO READ THIS ARTICLE IN ENGLISH

Le mois dernier, dans cette chronique, nous avons présenté Marcel Charbonneau, membre de très longue date de l’ASQ. Ce mois-ci nous changeons un peu de vitesse. Certains de nos membres ne sont pas nécessairement des membres de longue date de l’ASQ, mais ce sont des praticiens de longue date de la qualité. Ils viennent également avec une myriade de talents qui les ont aidés à avoir des carrières très réussies à l’intérieur et à l’extérieur du domaine de la qualité. Samira et Eric ont eu le plaisir d’interviewer Ruth Stanley, ancienne directrice régionale de l’ASQ pour la région du Canada et du Groenland. Elle a décrit sa carrière dans la qualité et sa carrière de leader. C’est ce que nous avons appris.


RUTH STANLEY – PRESIDENT, BOANN CONSULTING

Ruth Stanley

Ruth Stanley a plus de 30 ans d’expérience dans le domaine de la qualité. Elle a travaillé comme fonctionnaire dans plusieurs branches du gouvernement fédéral Canadien. Elle a travaillé avec les normes ISO: 9001 pour les systèmes de qualité, 14000 pour les normes environnementales, 17025 pour les systèmes d’information de laboratoire et 31000 pour la gestion des risques.

Ruth est devenue membre de l’ASQ en 2014 dans la section d’Ottawa. En 2017, elle a pris la tête de l’organisation de la première conférence nationale canadienne sur la qualité de l’ASQ, qui a été accueillie par la section d’Ottawa. Par la suite, elle a occupé le poste de directrice régionale de l’ASQ pour la région Canada-Groenland en 2019 et 2020, avant de devenir directrice régionale adjointe en 2021.  À partir de ces postes, elle a été très impliquée dans les conférences nationales sur la qualité de l’ASQ de 2020 et 2021, organisées respectivement par la section de Toronto et la section de Montréal.

Aujourd’hui retraitée du gouvernement fédéral, elle est loin d’être à la retraite. Elle est autrice, présentatrice, blogueuse et maintenant fondatrice de Boann Consulting.

Impressionnée par le CV de Ruth, Samira avait un certain nombre de questions à lui poser :

Quelle était la définition de la Qualité dans votre secteur?
Je travaille dans l’industrie pharmaceutique et dans mon rôle de responsable de la Qualité, l’accent est mis sur la conformité aux exigences des réglementations nationales et étrangères. Il est toujours intéressant pour moi de savoir ce qu’est la Qualité dans d’autres secteurs, réglementés ou non.

J’étais dans l’industrie gouvernementale où la Qualité était en fait qualifiée d’excellence. La qualité signifiait agir avec intégrité et impartialité en fournissant la meilleure valeur aux Canadiens tout en agissant conformément aux lois et aux règlements.

Comment êtes-vous entré en Qualité et comment votre profession a-t-elle évolué au cours de ces nombreuses années dans votre secteur?
Mon rôle a changé au fil des ans. Mon premier rôle était celui d’agent des pensions. Je vérifiais les institutions financières qui rendaient des comptes au gouvernement.  La qualité signifiait la conformité à la Loi de l’impôt. J’évaluais les régimes de retraite, les REER (régime enregistré de retraite), les FERR (fonds enregistré de revenus de retraite) et les autres instruments financiers gérés par ces institutions.

En tant que vérificateur interne, j’ai évalué l’efficience, l’efficacité et l’économie des processus internes de Revenu Canada. C’étaient les indications internes de qualité de Revenu Canada.

Au cours de ma carrière au gouvernement, les outils de Qualité que nous utilisions ont changé.  En tant que planificateur/agent de politique, je suivais le cycle PDCA (plan, do, check, act) pour planifier les activités d’amélioration, mesurer l’exécution, évaluer les réalisations et mettre à jour les plans, conformément aux directives du Conseil du Trésor.

Nous avons introduit d’autres outils en cours de route. Nous avons commencé par la cartographie des processus et le triage pour les niveaux de risque, puis nous avons utilisé un tableau de bord équilibré et des résultats clés, puis nous sommes passés à des indicateurs clés basés sur les résultats avec les Canadiens comme point central et un cadre d’excellence inspiré de Baldridge avec des éléments des normes ISO. Plus tard, nous avons changé pour nous concentrer sur la réflexion basée sur le risque. Lean Thinking, ainsi que le passage à la cartographie des flux de valeur et l’orientation client, commençaient tout juste à se mettre en place en 2016 lorsque je suis partie.

Êtes-vous toujours resté dans le même secteur?
Plus ou moins. J’ai travaillé pour le gouvernement pendant une grande partie de ma carrière, mais dans les différentes branches, je me suis occupé de différentes industries, puis je me suis consacrée à servir à travers l’ASQ et maintenant je suis consultante. J’ai également écrit un livre publié et je travaille sur mon deuxième livre.

Qu’est-ce qui vous a permis de réussir dans votre rôle en Qualité?
Je suis un connecteur naturel – les idées, les choses et les gens. J’étais capable de réduire de grandes quantités d’informations en petits morceaux.  Je pouvais faciliter et tirer des gens de l’information qu’ils ne savaient pas qu’ils savaient.

Depuis combien de temps êtes-vous membre de l’ASQ et qu’est-ce qui vous a incité à le rester si longtemps?
Depuis 2014, presque 8 ans. J’y suis venue tardivement dans ma carrière. J’étais encore en train d’apprendre le leadership en dehors du gouvernement et d’approfondir mes connaissances des méthodes de qualité et d’autres sujets très intéressants. L’ASQ m’a donné l’occasion de servir d’une manière différente. Je suis très heureuse des amitiés et des contacts que j’ai noués en cours de route.

Comment l’adhésion à l’ASQ a-t-elle aidé ou joué un rôle dans l’avancement de votre carrière et comment avez-vous bénéficié du fait d’en être membre?
J’ai vraiment grandi en tant que personne et leader/mentor et j’ai pu essayer des choses que je n’aurais jamais faites au sein du gouvernement. Le soutien que j’ai reçu d’autres personnes m’a encouragé à devenir écrivaine, blogueuse et présentatrice.

Qu’est-ce qui, selon vous, pourrait mieux fonctionner/servir les membres?
La véritable magie des sections de l’ASQ réside dans le soutien que nous nous apportons mutuellement en tant que membres. Le mentorat ou le jumelage est quelque chose que les sections devraient faire davantage.  C’est plus personnel et beaucoup plus qu’un webinaire ou un atelier.  Il pourrait s’agir d’une relation continue, d’une caisse de résonance pour les nouveaux membres. C’est quelque chose dont j’aurais bénéficié au cours de ma carrière.

Vous avez travaillé avec le haute direction de l’ASQ.  Quelles sont vos impressions sur cette organisation?
Le personnel est très dévoué et travaille dur. Ils ne sont pas sur le terrain, ils ont donc besoin de nos connaissances des besoins actuels. Ils ne peuvent pas être partout à la fois.

Que diriez-vous à un candidat aspirant au poste de directeur régional?
En tant que directrice régional, j’étais une thérapeute, je réglais les problèmes et parfois j’appliquais les politiques et les règlements de l’ASQ, mais j’encouragerais un candidat potentiel à :

  • Rester ouvert aux nouvelles idées. Ne tombez pas dans la routine. Toujours aller de l’avant avec quelque chose de nouveau.
  • N’essayez pas de tout savoir ou de tout faire vous-même. Vous avez une équipe. Écoutez-la et chérissez-la.
  • Encouragez les autres. Laissez-les essayer quelque chose. Donnez à chacun l’occasion de se dépasser et de s’exercer. L’apprentissage ne se fait jamais du jour au lendemain.
  • Soyez gentil, mais n’ayez pas peur de mettre votre pied à terre. Il est parfois nécessaire d’aborder quelque chose d’inconfortable.
  • Si vous n’êtes pas à la hauteur de vos propres idéaux, soyez gentil avec vous-même.  Vous allez parfois faire des erreurs. Vous êtes toujours humain.

Si vous avez apprécié cet article, veuillez informer le Responsable aux membres, et nous les partagerons avec l’auteur.